Avignon développe la culture du futur

Actualités et conseils sur les carrières en méditérannée
Territoires
Publié le mercredi 11 janvier 2017
Vignette-avignon_m

L’obtention du label French Tech Culture à l’été 2015 a inscrit le territoire du Vaucluse, du Gard et du Pays d’Arles parmi les grands pôles de compétences de l’économie créative et culturelle. De plus en plus de start-ups s’y installent.

À Avignon, le label French Tech Culture a permis l’installation d’une dizaine de sociétés françaises et étrangères.

Le pari semblait un peu fou il y a deux ans. Faire de la Provence la Silicon Valley de la culture. À l’été 2015, le territoire Avignon Provence est labellisé French Tech Culture, unique territoire français positionné sur cette thématique, et la machine est lancée. Il faut dire que la zone d’Avignon, Arles, Carpentras et Nîmes possède plus d’un atout en la matière : neuf festivals majeurs totalisant plus de deux millions de spectateurs, une filière numérique regroupant 700 entreprises dans le seul département du Vaucluse, une concentration unique en Europe de sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco et une renommée internationale qui attire chaque année davantage de touristes en Provence. «Notre territoire constitue un living lab, un lieu d’expérimentations et de tests naturels autour de la culture, du patrimoine, du spectacle et du tourisme, résume Paul-Roger Gontard, secrétaire général de la French Tech Culture. C’est ainsi qu’en 2015, le Festival d’Avignon a été l’occasion pour une start-up de tester les lunettes de traduction en réalité augmentée qui permettent aux étrangers de suivre un spectacle en français. En 2016, une autre start-up a expérimenté une application gratuite qui recense, note tous les spectacles et permet d’organiser sa journée de festivalier. »

Des entreprises étrangères s’implantent

Plus d’un an après la labellisation, le bilan d’Avignon French Tech Culture se révèle très positif. «Plus d’une dizaine de sociétés, françaises ou étrangères, ont installé leur siège social dans la métropole diffuse, tandis que des sociétés du territoire ont trouvé de nouveaux marchés et se sont pérennisées», affirme Paul-Roger Gontard. La start-up mexicaine Manuvo qui développe des applications numériques ludiques et pédagogiques a créé sa succursale européenne et francophone à Avignon. De même, la société taïwanaise AniComic, qui a réalisé une application pour créer son propre dessin animé et le diffuser gratuitement sur smartphone, a choisi de s’appuyer sur la dynamique French Tech Culture et sur l’accélérateur The Bridge pour lancer sa filiale francophone.

LE VIN FAIT SA RÉVOLUTION DIGITALE

Le vin faisant partie de la culture provençale, les acteurs du pays avignonnais ont décidé d’initier un prix visant à récompenser la startup numérique créant la rupture au niveau de la production viticole, du commerce du vin ou de l’oenotourisme. En août dernier, le prix « Viticulture et numérique » a ainsi distingué la société drômoise Carbon Bee pour sa caméra hyperspectrale capable de détecter les maladies des vignes. À la clé : deux semaines de formation à San Francisco. « Ce prix est un bon moyen de montrer que les différentes filières économiques ont gagné en efficacité et en qualité grâce à l’arrivée du numérique, souligne Paul-Roger Gontard, secrétaire général de French Tech Culture. Nous ambitionnons maintenant d’être encore plus visibles à l’international pour attirer des entreprises qui trouveraient dans notre région un terrain de jeu pour expérimenter de nouveaux marchés. »

Un accompagnement personnalisé

Pour former des jeunes et des personnes sans qualification aux métiers du numérique, l’association avignonnaise Avenir 84 a obtenu au début 2016 le label de Grande école du numérique. L’association et l’Université d’Avignon prévoient également la création d’un centre de loisirs spécialisé dans le numérique pour proposer de l’impression 3D et de l’initiation électronique et robotique. De son côté, l’accélérateur The Bridge accompagne les jeunes pousses vers le déploiement d’applications liées à de nouveaux usages culturels et touristiques. Il les aide dans les phases de prototypage, de test, facilite leur capitalisation d’amorçage et les fait bénéficier de l’appui de ses partenaires. « Notre force, c’est un accompagnement personnalisé, indique Paul-Roger Gontard. La dimension humaine est pour nous primordiale. Nous avons fait le choix de sessions d’accélération de dix start-ups maximum, qui sont coachées pendant deux mois de manière intensive. Nous les aidons ensuite à s’installer sur le territoire. Pour des entreprises qui ont des craintes à conquérir de nouveaux marchés, cette prise en charge est rassurante. Elles ne vont pas être noyées dans les grands centres métropolitains où il est parfois difficile de trouver les bons contacts. Ici, elles peuvent réaliser l’approche de marché la plus qualitative possible.»

La Fruitière numérique : un fab lab au pied du Luberon

Lourmarin, petit village de 1 100 habitants à 50 km à l’est d’Avignon, ne vivait jusqu’à présent que du tourisme et de l’agriculture. Depuis juin 2015, il peut compter aussi sur l’économie numérique. Pour dynamiser ce territoire toute l’année, son maire Blaise Diagne a en effet eu l’idée de transformer l’ancienne coopérative fruitière en un espace numérique multiusages, axé sur l’accompagnement en R&D. Sur 1 000 m2, la Fruitière numérique comprend un fab lab, une salle de séminaires, un espace de co-working, une résidence, un espace d’expérience d’immersion sensorielle, un espace public numérique et un auditorium, en projet. « Ce lieu a relancé l’économie du village, affirme Pauline Metton, responsable administrative à la Fruitière numérique. Nous travaillons avec la French Tech Avignon, la French Tech Aix-Marseille, Airbus, l’ARII (Agence régionale pour l’innovation et l’internationalisation des entreprises) et le CNRS. Une entreprise d’Austin, au Texas, est venue récemment tenir une conférence. Les outils du fab lab (imprimantes 3D, fraiseuses numériques, scanners 3D, découpe laser, minicut 2D, plotter de découpe) attirent toutes sortes de publics. L’espace d’expérimentation d’immersion sensorielle a été le lieu de tournage d’un clip… Et pour garder un lien avec le monde agricole, un marché de producteurs est organisé chaque mardi soir. » Prochaine étape : le développement de séminaires et de partenariats avec de grands groupes industriels.

En chiffres

  • 1 200 entreprises du numérique
  • 5 200 emplois
  • 14 tech champions
  • 9 agglomérations
  • 3 CCI - 180 km2
  • 2 régions (Paca et Languedoc Roussillon)
  • 9 festivals majeurs totalisant plus de 2 millions de spectateurs
  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi